Livraison gratuite avec tout achat de 100$ et +

La tempête

Une crise commence, on essaie de le calmer, de lui expliquer et de le raisonner. Ça ne marche pas (lire jamais). On lui explique qu’il ira sur la chaise se calmer. Il ne veut pas, évidemment, il est en crise donc inutile de lui parler: il a besoin de se calmer d’abord. Je l’amène donc sur sa chaise et je m’assois à côté de lui afin qu’il ne bouge pas. Parfois, c’est très étrange, si je suis à côté de lui, il reste sur sa chaise en crise, comme s’il y était attaché.

D’autres fois, il va proposer d’y aller lui-même. C’est lorsqu’il est seulement fâché. Ou, lorsqu’il fait quelque chose de grave – c’est assez rare – il nous arrive de l’amener ailleurs, en haut, pour lui montrer que c’est tellement grave que même la chaise calmante n’y fait pas. Dans ce cas, il réclame la chaise. Ça nous permet donc de lui faire comprendre les différents niveaux de gravités.

C’est normal

Par ailleurs, comme je l’expliquais à une amie, ça permet de normaliser et diminuer les périodes de tempêtes.

D’abord, parce que nous aussi, ça nous permet de nous calmer. Au lieu de crier et de ne pas trop savoir quoi faire, la chaise est un repère facile et efficace. Nous y amenons l’enfant et ensuite, il se calme seul, ou avec un peu d’aide. De notre côté, vu qu’il doit apprendre à se calmer, ça nous permet de nous dépomper !

Ça nous donne une procédure, une méthode qui nous empêche de crier. L’idée, aussi, est que dans un moment de crise, l’enfant n’est pas capable de raisonner comme on le souhaiterait. Seul le calme peut le lui permettre.

Ensuite, nous aussi, nous avons nos périodes de crise et dans ce temps, nous indiquons aux enfants que nous allons nous assoir et nous calmer. Ça nous fait du bien, car nous prenons ce temps pour respirer et nous calmer. Ça permet aussi aux enfants de voir que c’est normal d’être fâché, ce n’est pas mal, c’est juste un état désagréable duquel il faut se sortir.

Le petit coin

Dans ce petit coin, nous avons mis des livres, un petit toutou et la trousse. Ce qui est le plus efficace, c’est le sablier. Mon fils n’est pas du genre à chiffonner un papier ou compresser la balle. Mais le sablier lui donne une idée concrète du temps qu’il prend pour se calmer. Des fois, je repars le sablier. Ça le fâche beaucoup, mais il voit que c’est trop. Aussi, parfois, je le laisse sortir s’il me dit qu’il se calme, même s’il pleure encore. Connaissant mon fils, je sais qu’il a besoin de juste venir dans mes bras pour que la tempête passe.

Avec cette chaise, j’ai aussi appris à nommer ses émotions, grâce aux petites fiches d’émotions et à un livre que j’ai chez moi. Au lieu de parler de crises, j’essaie de dire qu’il est sensible, triste ou fâché. C’est moins péjoratif et il comprend mieux son état. Je n’ai pas encore tout à fait commencé à utiliser les fiches d’excuses de la boîte, mais j’aime aussi le principe. Habituellement, après une crise, nous faisons des câlins, je l’ai ajouté dans les fiches vierges. Mais j’en ai sélectionné quelques autres que je trouvais pertinents à notre situation.

Du calme

Nous apprécions énormément ce petit coin du retour au calme. Mon mari adore le principe, après une période d’adaptation, il trouve que c’est fonctionnel et fort utile. Pour mes enfants, il s’agit d’un repaire.

J’utilise aussi la chaise avec ma plus jeune, je suis moins stricte, car je ne reste pas à côté d’elle, mais j’essaie d’introduire peu à peu le principe. Elle comprend qu’elle doit changer d’attitude lorsque je l’y dépose.

C’est vraiment un outil à adopter. Il permet de changer l’ambiance et l’attitude de la maisonnée au grand complet. Ça met des mots sur les émotions, ça normalise la situation. Au lieu de parler de gestion de crise, on parle vraiment de retour au calme. C’est subtil, mais même pour nous, c’est positif.

Les Belles Combines c’est une histoire de complicité avec les familles. Des milliers de familles québécoises utilisent désormais nos outils et vivent une expérience unique avec leurs enfants. Trois familles ont accepté de jouer le rôle de familles ambassadrices. Les Bessette-Loiselle, Les Chénier et les Thibault-Lanctôt. Découvrez, à travers leur collaboration spéciale au blogue Les Belles Combines, comment l’utilisation de nos outils a fait de leur vie de famille un jeu d’enfant! Des tranches de vie cocasses et parfois touchantes!

Laisser un commentaire

Joindre la liste d'attente Nous vous informerons par courriel lorsque le produit sera à nouveau disponible.
Courriel Nous garderons votre adresse courriel confidentielle.

Connexion

Déjà client ?

Adresse courriel invalide.

6 caractères ou plus, avec chiffres et lettres Doit contenir au moins un chiffre.

Vos informations demeurent confidentielles.