Livraison gratuite avec tout achat de 100$ et +

C’est dimanche, et comme tous les dimanches, je me prépare pour aller à l’épicerie.  Au moment de mettre mon manteau, il y a Arthur qui me demande : «Papa où tu vas? » Lorsque je lui mentionne que je vais faire l’épicerie, son petit frère et lui me supplient de les emmener avec moi! C’est l’hiver, faut les habiller, les attacher dans la voiture et j’avoue que je préférerais y aller seul. Ce serait tellement plus productif! Mais ils sont vraiment enthousiastes à venir avec moi, alors je cède.

Arrivé à l’épicerie, ils commencent par s’obstiner à savoir, qui prendra le seul petit panier disponible et qui tiendra la liste soigneusement écrite la veille. Le plus vieux prend les devants, les yeux rivés sur la liste au point où il manque presque de percuter un étalage de confitures. Ça y est, on a repéré un autre ingrédient sur notre liste. Le plus jeune, part à la course pour le rajouter dans son micro-panier d’apprenti, il se sent comme le padawan du supermarché. Une chose que j’ai appris (malgré moi!) c’est que lorsque tu es à l’épicerie avec deux jeunes enfants c’est qu’il faut éviter les moments creux. Sinon, ça peut vite devenir un cauchemar. De toutes façons, y a plein de choses qu’on peut faire pour éviter que la visite hebdomadaire à l’épicerie ne devienne un infini va-et-vient dans les allées.

Ma mère pourra me contredire (et elle le fera!) mais j’ai de très bons souvenirs de l’épicerie. Je ne parle pas du supermarché, mais de notre petite épicerie de quartier, qui n’existe plus (j’ai vérifié, il y a maintenant un salon de pose d’ongles). J’ai encore des souvenirs clairs de notre boucher et de l’allée des légumes. Faut croire que les céleris m’ont marqué plus que je ne le croyais.

« Papa, c’est quoi ça ? » Je sors de mes pensées. Étienne pointe intensivement un fruit du dragon. On ne se cachera pas que c’est probablement un des fruits les plus bizarre qui existe. Étienne me rappelle qu’il s’est procuré le coupon-privilège ‘Un item de ton choix à l’épicerie’ grâce à ses bons comportements de la semaine! Je suis bien content qu’il choisisse ce fruit plutôt qu’une boîte de rouleaux aux fruits! Mes enfants aiment essayer des choses qui sortent de l’ordinaire, pour diversifier, découvrir des nouvelles saveurs. C’est fou, du haut de leurs 3 et 9 ans, mes enfants ont mangé plus d’aliments que moi en 30 ans!  (Une fois on a essayé un Kumquat, Dieu que c’était mauvais!) De ses petites mains, Étienne prend le drôle de fruit, l’observe avant de le déposer avec délicatesse dans le panier. Le temps d’un battement de paupière, il est déjà en train d’attraper un sac de céleri. Je ne suis pas le seul qui risque de me souvenir des céleris à 35 ans.

On continue notre chemin, on se faufile autant qu’on peut dans la foule du dimanche matin, puis un autre problème survient… un problème dont le sort de l’humanité dépend évidemment ! Il n’y a plus de deux litres de lait de la marque qu’on achète habituellement. Arthur, prend alors deux contenants d’un litre. En bon pédagogue je lui pose la question : «Devrait-on prendre deux un litre de notre marque préféré ou un deux litre d’une autre marque? » Alors, on regarde le prix du 100 ml pour bien comparer. Le verdict : Le deux litres est plus avantageux! Et hop dans le panier!

Le périple tire à sa fin. Après avoir soigneusement détourné notre trajet afin d’éviter l’infâme allée des chips et boissons gazeuses, et après avoir habilement demandé un ballon à la caissière pour éviter toutes tentatives potentielles d’achat de gomme, on paie, et on place les sacs dans le coffre de la voiture. J’anticipe déjà le pire. C’est certain qu’on a oublié quelque chose? Parce que même si on a une liste, il y a toujours cette petite chose essentielle qui s’égare entre deux lignes.

On arrive à la maison, on commence à rentrer les sacs et déjà tout le monde s’affaire à placer toute l’épicerie à la bonne place. Étienne place les trucs qui vont dans l’armoire et Arthur au frigo! Chacun sa tâche! Les enfants oublient déjà qu’ils avaient mis ceci ou cela dans le panier. J’entends des « Ah oui c’est vrai, on a mis ça dans le panier » et des « R’garde maman, un œuf de dragon ! » Parlant de ce fruit-là. J’ai aimé ça. Les gars moins. Ce n’est pas très grave, parce que de toute façon, il y a encore la semaine prochaine pour essayer autre chose.

 

Laisser un commentaire

Joindre la liste d'attente Nous vous informerons par courriel lorsque le produit sera à nouveau disponible.
Courriel Quantitée Nous garderons votre adresse courriel confidentielle.

Connexion

Déjà client ?

Adresse courriel invalide.

6 caractères ou plus, avec chiffres et lettres Doit contenir au moins un chiffre.

Vos informations demeurent confidentielles.