Livraison gratuite avec tout achat de 100$ et +

 

Le monde est beau et l’être humain est une merveille de la nature! Dès l’arrivée de Laurier, mon petit deuxième, j’ai mis mes lunettes roses et j’ai décidé de faire confiance à la vie, à mes enfants, mais aussi et surtout à mes instincts et à mes compétences de mère. C’est tellement facile de se retrouver dans le rôle de la mère poule et de se mettre à craindre le pire pour nos rejetons. Peur des blessures, peur des microbes, peur des étrangers, peur d’avoir peur quoi!

 

Comme la plupart des parents, la sécurité de mes enfants est au cœur de mes priorités.  Cependant, le temps et l’expérience (ça c’est le beau mot pour dire que je vieillis mais que c’est positif!) m’ont fait comprendre qu’assurer la sécurité de mes enfants ne passait pas nécessairement par le contrôle total de leurs agissements ou par l’aseptisation de leur environnement. La vie auprès de mes petits, m’a fait prendre conscience que les tenir à l’écart de tous les dangers n’était pas la façon d’assurer leur sécurité. J’ai bien été tenté de tout contrôler à l’arrivée de Louis, mon premier enfant. J’ai vraiment cru que c’était ça mon rôle de mère, mais la vie m’a bien vite fait entendre que de un, j’allais m’épuiser, de deux je n’y arriverais pas et de trois je priverais mes enfants d’un nombre incroyable d’apprentissages indispensables à leur bon développement. Qu’à continuer de faire ainsi, mon enfant allait passer à côté d’apprentissages essentiels à sa véritable sécurité. N’allez pas croire que je laisse désormais ma progéniture jouer près des cours d’eau sans surveillance ou encore avec de vieux clous rouillés. Loin de moi l’idée de mettre mes enfants en danger, cependant je crois qu’une petite égratignure leur apprend bien des choses. J’essaie plutôt de faire en sorte que leur environnement soit adapté à leur niveau de développement ainsi qu’à leur capacité à déceler et à mesurer le risque.  Maria Montessori disait « Il ne s’agit pas d’abandonner l’enfant à lui-même pour qu’il fasse ce qu’il veut, mais de lui préparer un milieu où il puisse agir librement. » Ce n’est pas une mince tâche, mais c’est un défi parental que je trouve très valorisant.

 

Suite à cette constatation, j’ai fait quelques modifications dans ma façon de penser et  de faire. J’ai eu la chance d’avoir 5 enfants, je peux donc vous dire que Raoul, le dernier venu, évolue sous le regard attentif d’une maman zen et expérimentée! Après avoir lu les œuvres de plusieurs psychologues et philosophes de l’éducation plus intéressants les uns que les autres, j’ai saisi que la chose sur laquelle je devais agir pour que mes enfants soient en sécurité n’était nulle autre qu’eux-mêmes. En d’autres mots, il fallait que j’entraîne mes enfants à déceler les risques et que je leur donne les outils nécessaires afin qu’ils puissent eux-mêmes se prémunir contre les dangers. Ève Hermann appelle ça ‘’aider les enfants à la vie’’ et je trouve cette formulation tellement par-fai-te!

 

Malheureusement, nous les parents, ne sommes pas munis d’un détecteur de degré d’autonomie et déterminer si notre enfant est suffisamment autonome pour passer à l’échelon suivant n’est pas une mince affaire. Je n’ai trouvé qu’une seule façon d’y arriver : observer mes enfants. J’ai passé énormément de temps à les observer SANS intervenir, juste pour constater quels sont leurs premiers réflexes, leurs premières réactions face à certaines situations. Je les ai laissés se placer dans des positions plus risquées, en étant tout près pour intervenir bien entendu. Ces moments d’observation me permettent de savoir où mon enfant en est rendu dans son développement, et quelle liberté il est en mesure d’obtenir. Comme l’a si bien écrit Alice Mariette dans le dernier numéro du Magazine Planète F, la question à se poser est : ‘’Mon enfant a-t-il les compétences nécessaires pour assumer l’indépendance ou la liberté d’action que je m’apprête à lui donner?’’

 

Observer mes enfants m’a aussi permis de constater qu’ils ne font rien qui représente un risque réel pour eux. Étonnamment, je n’ai pas à craindre qu’ils essaient de grimper à un endroit risqué.  Leur capacité à déceler les situations inappropriées et leur conscience de leurs propres limites me surprend. Je sais que je peux leur faire confiance et qu’ils connaissent leurs limites. En retour de cette confiance que je leur accorde, ils ne cherchent pas à se rebeller ou à faire des choses inappropriées dès que j’ai le dos tourné.

 

C’est ainsi que Simone 4 ans a traversé une petite rivière (très peu profonde quand même!) sur un tronc d’arbre. Il faut dire que papa a construit une piste d’hébertisme sur laquelle elle s’est exercée longtemps avant d’y arriver.  C’est aussi ainsi que Louis 8 ans a obtenu son permis de vélo pour aller se promener seul dans un périmètre restreint autour de la maison. Évidemment, nous avons préalablement fait beaucoup de balades avec lui pour apprendre les règles de sécurité à vélo, et il a dû subir un test pour y arriver. (Petit test que je vous partage dans la section « petites combines » de notre site web!) Aucun de mes enfants n’obtient une nouvelle liberté sous prétexte qu’il est assez grand maintenant. La liberté arrive lorsque mes observations et mon évaluation me témoignent qu’il est prêt à y arriver. Mais attention, selon mes observations et mon évaluation OBJECTIVE, et non selon mes peurs, mes inquiétudes ou les opinions des gens autour de moi.

 

Ils sont beaux à voir dans leur évolution, dans le développement de leur autonomie. Comme je sais que je leur ai donné les connaissances et les aptitudes nécessaires à se débrouiller seul, j’arrive à leur faire confiance, et cette confiance leur donne des ailes. Ça se voit!

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Joindre la liste d'attente Nous vous informerons par courriel lorsque le produit sera à nouveau disponible.
Courriel Quantitée Nous garderons votre adresse courriel confidentielle.

Connexion

Déjà client ?

Adresse courriel invalide.

6 caractères ou plus, avec chiffres et lettres Doit contenir au moins un chiffre.

Vos informations demeurent confidentielles.