Livraison gratuite avec tout achat de 100$ et +

L’an dernier à pareille date, j’ai été frappée d’une grande remise en question concernant mon utilisation des écrans mais aussi, et surtout, concernant le rôle de modèle que je jouais auprès de mes enfants. Présidente d’une petite entreprise en pleine croissance, je gérais (et je gère toujours) les médias sociaux. J’étais totalement en mode FOMO (Fear of missing out). Il m’importait de tout savoir ce qui se passait sur la page Facebook de mon entreprise, et ce, en temps réel! J’avais aussi, à ce moment, une fillette de 2 ans qui réclamait l’écran à tout moment et pouvait faire une crise immonde pour l’obtenir! Le documentaire Bye d’Alexandre Taillefer a été pour moi un grand coup de fouet! Dès lors, je me suis lancé un défi: celui de ne pas ouvrir les écrans en présence de mes enfants entre 17h et 20h. Ce défi, je l’ai lancé par la suite à une multitude de famille. Je vous invite d’ailleurs à lire l’article Défi 5@8 sans écrans, pour tout comprendre de cette prise de conscience et de l’émergence de cette campagne de sensibilisation.

Un défi qui dure depuis plus d’une année!

Force est de constater que notre famille relève le défi depuis maintenant 1 an. La dernière année m’en a appris beaucoup sur le pourquoi du comment de la gestion des écrans. J’ai d’ailleurs compris qu’il était nécessaire de responsabiliser les enfants dans leur propre gestion des écrans. Comme tout ce que Les Belles Combines tendent à proposer, nous avons décidé de mettre les enfants au centre de leur apprentissage et de progressivement les mener vers l’autorégulation. Voici donc les points essentiels de ma démarche.

L’apprentissage de l’autorégulation ou établir des règles claires, constantes et cohérentes:

Encourager l’autonomie de nos enfants, c’est aussi leur apprendre à gérer eux-mêmes leur consommation d’écran. Un peu comme on leur inculque l’importance de bien s’alimenter (manger 5 portions de fruits et légumes, prendre des collations santé, limiter les aliments riches en sucre, etc.) on doit leur donner certains repères pour utiliser sainement les écrans. Suite à la première édition du  Défi 5@8 sans écrans, nous avons fait un petit Conseil de famille afin de décider avec les enfants des nouvelles règles d’utilisation des écrans. Voici donc les 5 règles de notre famille relatives au temps d’utilisation des écrans:

  • Pas d’écrans entre 17h et 20h en semaine, à moins d’avoir un privilège! (Ici, on utilise les coupons-privilèges Les Belles Combines, 10 blocs accumulés grâce au Magasin Général donnent droit à 30 minutes de tablettes ou de télévision)
  • JAMAIS d’écrans avant de partir pour l’école. Tu as besoin de garder toute ta capacité de concentration pour la journée à venir.
  • Maximum 30 minutes consécutives d’utilisation d’écrans pour les plus grands et 20 minutes pour les plus petits.
  • Avant d’allumer un écran, assure-toi d’avoir fait suffisamment de choses pour stimuler adéquatement ton cerveau. (Nous nous référons à l’affiche Tu as envie d’allumer un écran?)

C’est beaucoup plus facile depuis que les règles sont claires. Avant, on avait la fâcheuse habitude de les laisser jouer ou regarder la télévision, perdant nous aussi la notion du temps, puis à intervenir soudainement en leur disant “Tu as assez regardé comme ça, on arrête!”. Comme vous le savez sans doute, ce genre d’intervention est rarement bien reçu par les enfants et, surtout, çela ne leur permet pas de comprendre ce qu’est une utilisation adéquate des écrans.

Encourager les activités qui mobilisent les sens:

Il va de soi que pour arriver à oublier les écrans, il faudra remplacer le temps qui leur était consacré par autre chose. Ici, tous ensemble, on a établi l’horaire de la soirée et on a constaté qu’en réalité, on a très peu de temps à consacrer aux écrans. Dans un premier temps, les enfants doivent faire 15 minutes de leçons et 15 minutes de piano. De plus, ils ont une tâche ménagère à faire chaque jour qui prend environ 15 minutes de leur temps. Une fois le souper terminé  et les bains pris, il ne nous restait environ que 45 minutes à combler.

Au tout début, nous avons suggéré des activités aux enfants, jeux de société, dessin, cuisine, lecture, routine d’exercices physiques avec papa et maman, etc. Puis avec le temps, nous avons laissé davantage de place à l’ennui. On le sait, l’ennui stimule l’imaginaire. Comme le dit Tristan Demers dans son essai “L’imaginaire en déroute”, “un être humain dont le cerveau est en constante ébullition pourra donner aux événements du quotidien un sens nouveau et trouver plus facilement des solutions aux problèmes”. En d’autres mots, diminuez le temps d’écran et laissez les enfants s’ennuyer et vous obtiendrez des enfants beaucoup plus débrouillards.

Une façon très intéressante de stimuler la créativité est de laisser traîner des petites invitations à créer ou à expérimenter. Cette idée me vient de Vanessa Giguère, rédactrice chez TPL Mom et collaboratrice au Défi 5@8 sans écrans. Vanessa m’a suggéré de laisser trainer des livres ou des jeux sur la table de la cuisine pour susciter l’intérêt des enfants. Un livre d’origami, un livre pour apprendre à dessiner des animaux, pour faire des expériences scientifiques, etc. Je vous suggère d’en faire tout autant, c’est extrêmement efficace!

Le choix du programme et l’accompagnement:

Finalement, il fallait aussi encadrer le temps d’écran. Mon garçon passait le plus clair de son temps sur les écrans à regarder des vidéos de National Géographic et des vidéos informatives sur les animaux. Il apprenait plein de choses et me les répétait sans que je le lui demande. Ma fille, en revanche, adorait les vidéos de présentation de jouets sur You Tube. Rien de bien stimulant à voir des dames déballer des figurines de Pat Patrouille et de les présenter aux enfants! Je ne les abandonne donc plus derrière leur écran mais, comme dirait Serge Tisseron, auteur de “3-6-9-12: apprivoiser les écrans et grandir”, devant un “programme”.  Je choisis quelques applications intéressantes ou encore je les envoie sur le site de l’ONF qui regorge d’émissions culturellement stimulantes. Puis, lorsqu’ils ont terminé, je leur demande de me raconter dans leurs mots ce qu’ils ont vu ou fait sur l’écran. Cela leur permet de développer leur sens du récit, l’utilisation du avant, pendant et après. Ainsi, l’utilisation de l’écran devient un enrichissement! Parce qu’il est important de le mentionner, nous sommes bien loin d’être technophobes!

Il me parait important de spécifier que mes enfants ont 8 ans et moins. Nous avons donc commencé par la base. Nous avons encore beaucoup de chemin à faire. Il faudra ensuite les sensibiliser aux mystères de la toile. Qu’est-ce qu’une vraie et qu’est-ce qu’une fausse information? Comment se comporter de façon sécuritaire sur le net? Comment respecter sa vie privée et celle des gens qui nous entourent?  Bref, il y a tant à faire et à apprendre qu’il y aura assurément une autre édition du Défi 5@8 sans écrans! D’ici là, si vous avez des adolescents ou des pré-adolescents, jetez un oeil au Contrat d’utilisation du cellulaire dans la section Petites Combines de notre site web.

Pour vous aider à fixer des règles d’utilisation chez vous selon l’âge des enfants, nous vous avons préparé un petit aide-mémoire de la règle du 3-6-9-12 de Serge Tisseron qui vous permettra d’introduire les bons écrans, de la bonne façon, au bon moment dans la vie de vos enfants.

Tisseron, S. (2013). 3-6-9-12 Apprivoiser les écrans et grandir. Eres, Toulouse.

Demers, T. (2018), L’imaginaire en déroute, Les Éditions de l’homme, Montréal.

Laisser un commentaire

Joindre la liste d'attente Nous vous informerons par courriel lorsque le produit sera à nouveau disponible.
Courriel Nous garderons votre adresse courriel confidentielle.

Connexion

Déjà client ?

Adresse courriel invalide.

6 caractères ou plus, avec chiffres et lettres Doit contenir au moins un chiffre.

Vos informations demeurent confidentielles.