Livraison gratuite avec tout achat de 100$ et +

Un enfant explosif, on en a tous eu un! Évidemment, puisque les recherches ont démontré que les enfants de 1 à 3 ans sont totalement dominés par leurs émotions. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est la pédiatre Catherine Gueguen et plusieurs autres chercheurs dans le domaine de la petite enfance. Cessez de vous inquiéter; votre bambin de 2 ans et demi n’a pas un trouble d’opposition, il ne fait pas non plus exprès pour vous provoquer. Vraisemblablement, votre enfant est tout ce qu’il y a de plus normal. Il n’en reste pas moins qu’il vous faut accompagner vos petits dans la gestion de leurs émotions pour éviter qu’ils n’en viennent à rester aux prises avec ce défi une grande partie de leur vie. La bonne nouvelle c’est que même si le cerveau de votre bambin est immature, il est en même temps extrêmement malléable! Voici donc quelques trucs pour vous aider à garder votre sang froid durant cette difficile période et permettre à votre enfant de grandir en beauté. À lire jusqu’au bout pour découvrir notre chouette concours!

1- Soyez emphatique

C’est la première chose à faire et probablement la plus difficile! Rester calme lorsque notre enfant est en plein débordement émotionnel demeure une (très) grande épreuve pour tout parent. Ceci dit, votre petit a le droit d’être en colère, d’être triste ou vexé, c’est tout à fait normal, encore plus lorsqu’on a 2 ou 3 ans. Lui dire qu’il est courant de ressentir des émotions, que tout le monde vit ce genre de sensation, même les adultes, est la première chose à faire.  Ensuite, laissez-lui savoir que vous lui donnerez un coup de main pour gérer cette grosse tempête qui l’habite.

2-Réprimandez les gestes inappropriés et non l’émotion ressentie

Deuxièmement, expliquez les vraies raisons de votre intervention. Être en colère ou très excité c’est une chose, mais lancer des jouets, frapper son frère ou insulter ses parents en est une autre. Voilà l’essence même de ce que votre enfant doit comprendre. Ce type de comportement est socialement inacceptable. Surement que c’est sa façon à lui de faire passer sa colère, il faudra donc éventuellement lui en faire découvrir d’autres, plus appropriées. Ceci dit lorsque vous intervenez auprès de votre enfant soyez clair sur les raisons pour lesquelles vous le faites.

3- Aménagez un coin retour au calme

Troisième étape, donnez à votre enfant de nouveaux moyens de gérer ses émotions. Plutôt que de lui dire ce qu’il ne doit pas faire, expliquez lui ce qu’il devrait faire.  J’aime beaucoup l’analogie de l’entraîneur de tennis. Imaginez-vous un instant que vous suiviez un cours de tennis et que l’entraineur passe le plus clair de son temps à vous dire ce que vous ne devez pas faire (ne mets pas ton pied là, ne frappe pas si fort sur la balle, ne te déplace pas comme ça) mais ne vous pas d’indice au sujet de ce que vous devriez faire pour vous améliorer. Deviendriez-vous un bon joueur de tennis? Probablement pas. Gardez en tête que vous êtes là pour expliquez à votre enfant de quelle façon il pourrait agir. L’idéal est de mettre en place un petit rituel de retour au calme. Créez un coin de retour au calme qui soit agréable pour l’enfant. Soyons franc, qui parmi vous s’assoit sur la première marche de l’escalier lorsqu’il s’emporte? Pas moi! Aménagez donc cet espace avec votre enfant afin qu’il s’y sente bien, placez-y une doudou, une peluche, une jolie affiche et la Trousse de retour au calme Les Belles Combines. Donnez-lui des trucs pour se calmer, selon ce qu’il aime et ce qui le rend heureux. (Faire des legos, des bulles, de la pâte à modeler.) Surtout félicitez-le lorsqu’il utilise ce coin adéquatement.

4- Mettez des mots sur ses émotions

Dans un quatrième temps, prenez quelques minutes pour discuter des émotions qui ont mené l’enfant vers le coin de retour au calme. Attendez qu’il soit bien calme et revenez sur ce qui s’est passé. Vous vous rendrez compte que la colère est en fait une grosse déception mal gérée ou encore provenait d’une situation vexante. Les petits pictogrammes contenus dans la trousse vous aideront à vulgariser les émotions. Par exemple, on éprouve de la jalousie lorsqu’on est pas capable de se réjouir du bonheur des autres.

5- Invitez-le à poser un geste de réparation

Si votre enfant a commis une bévue, trouvez avec lui une façon de se faire pardonner son geste. Si vous manquez d’idées, les petits diachylons “Gestes de réparation” inclus dans la trousse sont une chouette banque d’idées. L’important c’est que le geste commis ne reste pas impuni. Votre enfant pourrait par exemple réparer ce qu’il a brisé ou encore jouer pendant 30 minutes au jeu du choix de la personne qu’il a blessé.

Finalement, n’oubliez pas que vous êtes un modèle. Utilisez vous aussi le coin de retour au calme lorsque vous sentez la soupe chaude. En vous voyant faire, l’enfant comprendra mieux comment y arriver et surtout comprendra que tout le monde vit toutes sortes d’émotions.

Vous aimez le concept? Jusqu’au 3 avril participez au CONCOURS LE PLUS BEAU COIN DE RETOUR AU CALME

Grâce à la Trousse de retour au calme de Les Belles Combines et aux magnifiques objets déco créés par Abricotine, Velvet Moustache, Atelier Rue Tabaga et Wild Child, les crises de votre petit(e) dernier(ère) seront beaucoup plus douces!

À gagner :

Une valeur de 140$. Pour participer, rendez-vous sur notre page Facebook!

 

Laisser un commentaire

Joindre la liste d'attente Nous vous informerons par courriel lorsque le produit sera à nouveau disponible.
Courriel Nous garderons votre adresse courriel confidentielle.

Connexion

Déjà client ?

Adresse courriel invalide.

6 caractères ou plus, avec chiffres et lettres Doit contenir au moins un chiffre.

Vos informations demeurent confidentielles.