La discipline positive chez les Nadeau-Lanctôt

Désespérée, je cherchais des trucs, des outils, une façon de gérer les tracas de la vie familiale. Mon objectif du moment, c’était la propreté de mon grand bébé. Puis, je zyeutais le magasin général. Je me demandais si ce genre de système serait bénéfique.

J’ai commencé tranquillement son introduction. Dominique m’avait proposé d’y aller par étapes. D’abord, juste des privilèges à 5 blocs, pour rendre le concept concret - et de raison, quand j’offre un bloc à mon fils, il m’en demande aussitôt 5! Peu à peu, j’ai introduit le 10 blocs - quand j’ai réalisé que ça faisait beaucoup de Pat Patrouille en une semaine.

Privilèges

Comme c’est selon nos valeurs, nos possibilités, j’y suis allée avec les quelques suçons que l’Halloween 2016 nous avait laissés, ainsi que les cartes privilèges des belles combines. Pour 5 blocs, mon fils pouvait avoir un suçon, une sortie au parc, etc. Pour 10 blocs, c’était une émission de son choix.

Mon mari nous trouvait un peu éparses dans notre attribution des blocs. Il trouvait que c’était trop facile. Pourtant, mon fils pouvait prendre 1 bonne semaine pour accumuler ses blocs. Surtout lorsqu’il devait en accumuler 10.

D'abord, je donnais des blocs pour des gestes que je voulais renforcer : s’il aidait, consolait, bref s’il faisait une bonne action naturellement, sans qu’on le demande. C'était des blocs «sur le vif», sans avertissement: «je suis fière de toi! Tiens, un bloc dans le pot.» Puis, il y avait les blocs qu’on donnait pour la propreté : 1 bloc s’il faisait une journée complète propre, 1 bloc s’il faisait pipi au coucher et au lever et 5 blocs s’il faisait caca aux toilettes. Ça l’encourageait et j’aime croire que ça l’a un peu aidé.

Comme il n’est toujours pas propre (vive les vacances et l'absence de routine), je suis encore avec cette méthode. En fait, je l'ai même «loussée» un peu en lui offrant des blocs dès qu'il va aux toilettes sans qu'on ait à l'obliger. Je prends mon mal en patience en espérant ne plus avoir de caca dans les mains un jour. Littéralement.

La famille complète est satisfaite de cet outil. D’abord, mon mari trouve que c’est concret, que ça permet de travailler la patience de notre fils, plutôt que de tout de suite lui donner un privilège.

Mon fils aussi apprécie le système de blocs qui lui offre de belles récompenses. Qui plus est, depuis que j'ai introduit le compteur de blocs, il est encore plus fier de lui! Et comme le mentionnait Dominique, il se forge tranquillement un raisonnement mathématique: un gros plus! J'ai aussi essayé de le faire avec ma fille de 18 mois... bon, peu concluant. Toutefois, je compte réessayer cet automne, à l'aube de ses deux ans.

Pour ma part, j’aime beaucoup le renforcement positif que ça permet. Au début, mon mari a voulu lui enlever des blocs s’il n’écoutait pas. Or, ce n’est pas le but. Le but n’est pas de punir ou d’enlever quelque chose lorsqu’un comportement est négatif, mais plutôt de renforcer et encourager ce qui est positif. Pour l’enseignante que je suis et qui déteste le béhavioriste et son système de punition, c’est le bonheur. Au cours de mes études, j’ai lu et appris sur des méthodes plus efficaces qui misaient sur l’autonomisation de l’enfant et le renforcement positif et c’est exactement ce que permet cet outil.

​​​​Au final, cet outil est exactement ce qu'il nous fallait !

précédent suivant

0 commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires. Soyez le premier à en poster un!

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés