Prêts pour l'école?

On nous parle de rentrée scolaire bien avant la fin des vacances et bien que l’on veuille parfois s’en sauver, celle-ci vient assez vite! En tant que parents, vous pouvez poser plusieurs actions pour faciliter ce moment de transition… Que ce soit dans l’organisation de la maison, dans les habitudes à instaurer et dans les petits défis à exercer pour que votre enfant soit autonome lorsqu’il entrera à l’école. Voici mes astuces pour que septembre rime avec plaisir !

Il n’est jamais trop tôt pour en parler devant les enfants et l’aborder de façon positive. Démontrez à votre enfant que vous avez hâte de connaitre les camarades de classe qui partageront son environnement cette année, le nom de son enseignant (e) et le local qu’il occupera. En parler avec le sourire et entrain aura bon effet sur lui. Certains iront même jusqu’à créer un calendrier de la rentrée pour compter les jours qui restent avant le jour J (un peu comme le calendrier de l’Avent). L’impliquer dans le choix de son matériel et pour l’identification de celui-ci lui permettra aussi de constater que l’école commencera bientôt et que les choses se concrétisent.

Peu à peu, on devance l’heure du coucher et on retrouve la routine délaissée en vacances pour retrouver celle d’avant.

Si votre enfant est de nature insécure ou s’il fréquente une nouvelle école, il peut être également bénéfique pour lui de passer devant sa nouvelle école, de visiter la cour, de jouer à l’espion pour tenter de découvrir les lieux de ce nouvel établissement. Lorsque son premier jour d’école arrivera, il se sentira déjà en terrain connu et aura quelques repères, ce qui est très sécurisant pour un enfant.

Lors de la première journée d’école, il est n’est pas rare de voir que le parent a du mal à quitter son petit et vice-versa. J’ai souvent été témoin d’enfant qui ne voulait pas quitter son papa ou sa maman, s’agrippant à lui comme un petit singe et où les larmes coulaient abondamment. Rassurez-vous, si cela vous arrive, vous n’êtes pas le premier, ni le dernier. La meilleure chose à faire est de quitter en souriant et en démontrant que tout se passera bien. Vous ouvrirez les écluses une fois arrivé à votre voiture, de façon furtive! Plus souvent qu’autrement, les enfants cessent de pleurer dans les 10 minutes qui suivent. Et tous survivent aux premiers jours d’école! :)

Bien préparer votre enfant au monde scolaire ne s’agit pas seulement de lui fournir tout ce dont il a besoin comme matériel et de le préparer mentalement de façon positive. Avez-vous aussi pensé à développer un tantinet son autonomie pour qu’il arrive à accomplir des tâches simples seuls?

Voici quelques exemples de défis que vous pourriez donner à votre enfant qui entre à l’école bientôt :

  • Aller à la toilette, s’essuyer et se laver les mains sans aide

  • Aiguiser ses crayons

  • S’habiller le plus possible de façon autonome (mettre et enlever ses chaussures, vêtir son manteau et fermer sa fermeture éclair). Lorsque l’habit de neige est de mise, l’exercer à mettre son pantalon, ses bottes, son cache-cou, sa tuque, son manteau et ses mitaines dans le bon ordre. (Car mettre ses bottes en dernier, ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile!)

  • Placer ses feuilles dans un « duo-tang » et dans le bon sens

  • S’exercer à boucler ses lacets

  • Se moucher de façon efficace; cela peut sembler banal, mais j’ai vu plusieurs enfants au 1er cycle qui ne savait pas bien « souffler » par le nez.

  • Attendre son tour pour parler et ne pas couper la parole

  • Travailler la patience; le faire patienter lorsqu’il formule une demande. (« Attends que j’aie fini la vaisselle. » « J’irai te voir une fois que j’aurai terminé ma recette. ») À la maison et à la garderie, le ratio enfant/adulte n’est pas le même que dans une classe et, donc, les petits doivent user de patience lorsqu’ils présentent une demande ou un besoin.

« Mais le temps manque! Je suis toujours à la course! » En effet! Et lorsque vous êtes pressés (ou déjà en retard!) n’est sans doute pas le moment le plus opportun pour relever un nouveau défi. Attendez plutôt un moment où vous êtes détendu et où rien ne presse. Définissez aussi un défi réaliste pour que votre enfant vive de petites victoires et soit encouragé à poursuivre ses efforts. L’utilisation d’une minuterie peut être ici grandement utile. J’utilise la mienne au quotidien à la maison et dans ma classe. Que ce soit pour l’heure du bain, pour l’habillage, pour restreindre le temps qui reste à écouter la télévision, à se divertir sur la tablette ou à jouer avant le dodo. Mon garçon me la réclame et va la chercher avant même que je lui propose. Pour lui, c’est visuel, car il voit les minutes restantes et il sait concrètement ce que représentent 5 ou 10 minutes. Il y trouve aussi sans aucun doute une sécurité, car il sait combien de temps il peut encore s’amuser, ou pas.

Gageons qu’à la fin des premiers jours d’école, vous voudrez connaitre en détails le déroulement des journées de votre enfant. Et vous resterez peut-être sur votre appétit, car bon nombre d’écoliers sont bien peu bavards et le compte-rendu de leur activité sera des plus brefs. Dans ce cas-ci, je vous propose de demander à votre petit ou à votre petite de nommer une chose qu’il a appréciée dans sa journée, un élément positif. Cela peut être une émotion vécue, un moment cocasse, un travail qu’il a aimé, une période avec un enseignant spécialiste (éducation physique, musique, anglais, etc), une activité au service de garde ou dans ses relations avec les autres. Vous vous buterez peut-être à un « je ne sais pas » les premières fois, mais persistez et jouez le jeu vous aussi! Vous connaitrez un peu plus sur son quotidien et ce petit rituel permettra d’équilibrer les moments plus difficiles. Ces petites choses simples, mais agréables, drôles ou heureuses termineront votre journée sur une note positive.

Attribuer des tâches et des responsabilités à chacun des membres de la famille, selon leur âge, contribue grandement à alléger le quotidien, tout en responsabilisant petits et grands. Les belles combines les appelle « Les petites missions » dans leur organisateur familial. À tous les jours, chacun fait sa part dans la maison. Même si ce n’est pas toujours parfait, tous mettent la main à la pâte et contribuent au bon fonctionnement de la maisonnée. En plus d’atténuer le nombre de corvées des parents, cela prépare votre enfant à la vie de groupe où tout le monde doit faire sa part et prendre ses responsabilités. Parlant de responsabilités, saviez-vous que la plupart des enseignants du primaire en attribuent à chacun des élèves? Cela contribue au bon fonctionnement de la vie de classe et poussent les élèves à se responsabiliser, à penser à leur rôle au sein du groupe.

Jouez et amusez-vous !

Soyez présent pour votre enfant, de corps et d’esprit, lisez-lui des histoires, posez des questions pendant ces lectures, faites-le rire et sortez les jeux de toutes sortes. Au préscolaire, l’apprentissage se fait beaucoup par le jeu et de nombreuses notions peuvent être abordées et initiées à la maison. Bricolez, découpez, coloriez avec des crayons et des craies de toutes les couleurs, ceci travaillera sa motricité fine, son imagination et sa créativité. Et je parie que ce seront de ces petits moments passés avec vous qu’il parlera à la causerie, dans la classe, le lendemain!

précédent suivant

0 commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires. Soyez le premier à en poster un!

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés