LIVRAISON CANADA 10$ / livraison GRATUITE avec tout achat de 100$ et +

Panier

Votre panier est vide

Continuer vos achats

Les dix commandements du partage de la charge mentale

Par Julie et Marie-Andrée de De Saison, Art de vivre et de travailler

 

Avouons-le, jaser de charge mentale, revoir les règles du jeu et faire équipe comme parents au quotidien, c’est un défi de tous les jours qui vient parfois avec une grande charge émotionnelle et qui demande de bonnes compétences en communication. Pour que l’exercice demeure bienveillant et constructif, ne négligez pas la préparation mentale !

Julie et Marie-Andrée de De Saison - Art de vivre et de travailler vous ont préparé quelques rappels et quelques exercices de préparation pour rendre la collaboration et la communication plus fluide, tout au long de votre exercice.

 

 5 commandements pour une équipe parentale bienveillante
 

1- Ton équipe parentale de rêve tu visualiseras.

C’est connu, les grandes équipes sont excellentes pour visualiser leur rêve et c’est ce rêve qui les guide au quotidien. Vous rêvez de développer une complicité du tonnerre ? Vous souhaitez tous les deux améliorer votre jeu à titre d’équipe parentale ? Mettre en place un équilibre et bâtir une collaboration de feu ? À quoi cela ressemblerait-il au quotidien ?

Chacun de votre côté, prenez le temps de visualiser votre définition de l’équipe parentale idéale dans ses moindres détails. Prenez aussi le temps de mettre des mots sur celle-ci, question de pouvoir en parler clairement. Souvenez-vous que, pour mobiliser les autres membres de l’équipe, votre rêve doit être inspirant et gagnant-gagnant !

2- Tes besoins tu identifieras.

«  Mieux vaut parler au Je  » : c’est un conseil que vous avez déjà entendu ? Nous irons plus loin en vous suggérant de parler au «  Je  » de vos besoins plutôt que de laisser la discussion glisser vers les reproches, les perceptions, les situations passées ou les ressentis trop longtemps. Avouez que «  J’ai besoin d’aide  », ça passe mieux et ça se réfute moins que «  Je trouve que tu ne m’aides pas assez  », non ?

De plus, lorsque nos besoins personnels sont clairs (avoir plus de temps pour soi, ralentir le rythme, se reposer, retrouver ses week-ends, faire équipe), on peut co-construire notre solution autour de ceux-ci, on gagne ainsi beaucoup (beaucoup !) de temps.

3- Tes priorités tu ordonneras.

«  On peut tout faire, mais pas tout en même temps  », voilà un autre adage populaire. En ajoutant les priorités d’un conjoint à celles d’un autre conjoint, il est possible qu’on se retrouve avec trop de priorités. Notre charge mentale vient aussi de notre désir de trop en faire et de notre volonté d’exceller dans tout et à tous les niveaux, tout en même temps. On s’éparpille alors et c’est prouvé : le multi-tâches est moins efficace que le mono-tâche. Pour se sentir satisfait, mieux vaut identifier nos vraies priorités, dans le bon ordre. D’abord individuellement, puis ensemble. On pourra ainsi s’engager ensemble envers celles-ci, planifier notre horaire en cohérence et éviter de se sur-engager ailleurs.

4- De l'espace pour les besoins de l'autre tu aménageras.

Qui dit travail d’équipe dit compromis et conciliation des points de vue. Quand on recherche LA bonne solution, les points de vue se confrontent ! Pour transformer la confrontation en co-création, il est nécessaire de laisser de l’espace à l’autre pour s’exprimer et de considérer ses rêves et ses besoins même s’ils sont différents des nôtres. Pour s’engager, chacun doit se sentir vu, entendu, autonome et y entrevoir un sens et du plaisir (c’est scientifique). Détendez l’atmosphère !

5- Une définition commune du succès vous écrirez.

Avant de vous répartir les tâches et les rôles dans la famille, prenez le temps de mettre en commun vos idéaux pour écrire ensemble une définition du succès qui est commune. Comment mesurez-vous le succès de votre équipe parentale ? Soyez factuels et n’hésitez pas à définir en des termes précis ce que sont pour vous une maison bien entretenue, des enfants bien éduqués, une vie familiale saine, un couple et des parents heureux. Sans tomber dans la perfection, demandez-vous quel est votre seuil de satisfaction et où se situe le «  juste assez  ».


Organiser la charge familiale dans le temps : 5 commandements pour passer de l'intention à l'action
La gestion de la charge mentale, c'est aussi une histoire de gestion du temps


1- Du temps blanc vous vous réserverez.

La première fois:

Prendre du temps en marge du quotidien pour organiser le fonctionnement de son équipe parentale ? Qui a déjà fait ça ? Il y a belle lurette que les cours de préparation au mariage ne sont plus la norme, n’est-ce pas ? Vrai, c’est un exercice qui, la première fois, prend un peu de temps, alors pourquoi ne pas le séparer en plusieurs courts moments et les mettre à l’agenda ? Comme une réunion entre associés, tiens !  Au bureau, on amène bien des beignes, alors pensez à rendre le tout agréable et décontracté.

Au fil des semaines:

Le co-leadership, ça demande beaucoup de communication et de collaboration. Encore faut-il identifier le bon moment d’en parler et de célébrer nos bons coups !

Au quotidien:

Gérer sa charge mentale, pour nous, ça s’exécute à travers une série de rituels quotidiens et saisonniers. Chaque jour (ou au besoin), nous prenons 15 minutes pour décharger notre mental, faire l’inventaire de nos besoins (priorités), concilier les besoins, remanier notre plan de match et revoir notre agenda. Cette agilité nous permet de ne pas accumuler la charge mentale et de ne pas transporter l’ensemble de celle-ci avec nous au cours de la journée. C’est aussi la meilleure façon de reprendre possession de notre temps et de nous assurer de passer à l’action dans un délai raisonnable. On le fait au travail, donc pourquoi ne pas le faire également pour la maisonnée ?

2- Vos agendas vous regarderez.

Ce temps blanc, c’est celui qu’on oublie toujours de placer ! Commencez donc par faire de la place pour ces moments stratégiques dans votre quotidien, individuellement et ensemble. N’oubliez pas non plus de vous accorder du temps blanc personnel pour les activités qui vous tiennent à cœur et qui vous sont bénéfiques (en fonction de vos priorités) comme le sport, les sorties avec les amis, les moments en famille, les moments en amoureux ou vos loisirs et divertissements. L’important est que chacun ait le sentiment que ses besoins sont considérés.

3- Des raccourcis et de l'aide, vous vous accorderez.

Par la suite, observez votre agenda et choisissez des moments pour vos responsabilités familiales à travers votre temps de travail. Ça déborde ? Pensez à scinder les tâches en micro-tâches, à bien utiliser vos transitions, pensez à vous permettre des raccourcis ou à faire appel à de l’aide extérieure.

4- Réalistes dans vos attentes vous demeurerez.

Les désirs et les attentes sont élastiques, mais le temps, lui, est mathématique. Saviez-vous qu’adopter une habitude prend en moyenne 21 jours ? Ça ne sert à rien de vouloir tout améliorer en même temps. Allez-y une habitude à la fois et souvenez-vous que c’est normal de glisser. Ne vous tapez pas (mutuellement) sur les doigts. Il suffit simplement de recommencer à se pratiquer pour que les habitudes s’implantent.

5- La satisfaction plutôt que la perfection vous viserez.

Personne ne réussit à tout faire, tout le temps et dans les bons délais. Gardez votre agilité, votre esprit d’apprentissage et votre sens de l’humour. La société de performance a la couenne dure, mais souvenez-vous que ce que vous recherchez, c’est un sentiment de satisfaction : la satisfaction de savoir que les besoins prioritaires ont été adressés. Détendez-vous, amusez-vous et offrez-vous du temps pour décompresser de la journée. Il y aura toujours demain pour recommencer.

 

French