Un menu éco-responsable

Lorsque vient le temps de poser des actions concrètes pour la planète, chaque petit geste compte. Si chacun fait sa part, c’est beaucoup de petites parts dont bénéficiera la planète. 

Nos choix alimentaires peuvent avoir un impact réel sur l’environnement. Certains choix alimentaires ont des effets néfastes sur l'environnement. Voici un petit guide pour se conscientiser et sélectionner, autant que possible, des aliments "éco-responsables".

Moins d'aliments provenant de la production d'élevage ou de culture industrielle

Mieux vaut éviter les aliments provenant d’élevage industriel intensif qui demande une consommation élevée d’eau et dont résulte une grande production de gaz à effet de serre. Bien souvent, des pesticides sont utilisés en grande quantité tant pour les aliments de consommation que les cultures réservées au bétail.

Afin d'agrandir des terres destinées à la culture du soya ou du maïs permettant de nourrir le bétail, on pratique une déforestation souvent abusive. On coupe également des forêts pour produire plus de bétail. La déforestation mène entre autres aux zoonoses (virus qui passent des animaux à l’homme, ça vous dit quelque chose?) Les animaux demeurant dans les forêts perdent ainsi leur habitat et migrent vers des endroits habités, côtoyant les hommes de plus près. 

Ces producteurs ont aussi des pratiques favorisant le gaspillage alimentaire, rejetant les aliments n'ayant pas l'apparence recherchée pour être vendus au supermarché. 

Diminuer sa consommation de viande

On nous le dit souvent, manger moins de viande a un réel impact sur l'environnement. Sans même devenir végétarien, il est possible de changer quelques habitudes qui peuvent faire une différence.

Réduire les portions, en accompagnant la viande de beaucoup de légumes et d’un féculent. Ainsi vous consommerez moins de viander tout en bénéficiant d'un repas  rassasiant et satisfaisant. 

Remplacer une partie ou la totalité de la viande du repas par des protéines végétales telles que les légumineuses ou le tofu. Ces deux sources de protéines végétales sont aussi riches en fer et remplacent avantageusement la viande. Leur production consomme peu d’eau, elles sont produites au Québec et au Canada et sont très économiques. 

Par exemple, vous pourriez faire une sauce à spaghetti en remplaçant la moitié du boeuf haché par des lentilles ou encore remplacer une partie de la viande hachée par des haricots noirs dans vos burgers.

Mieux choisir son poisson

Certaines variétés de poissons sont surpêchées, pêchées au détriments d’autres espèces marines ou encore élevées dans des conditions non-optimales pour l’environnement. C’est un sujet sensible car on sait que consommer du poisson est positif sur la santé. Pour nous aider à faire de bons choix, cet article de Ricardo est très pertinent. 

Il existe aussi certaines certifications qui peuvent vous aider à mieux choisir son poisson à l’épicerie: 

MSC (Marine Stewardship Fishing)

ASC (Aquaculture Stewartship Council)

Seafood Watch

Ocean Wise

Manger local

C'est un secret pour personne, le transport des aliments est producteur de gaz à effets de serre. Plus l’aliment est produit localement, moins grande sera son empreinte environnementale.

Le Québec produit énormément d’aliments et ce, dans toutes les catégories: produits laitiers, viandes, légumineuses, soya, fruits et légumes, graines, céréales. Bien que la variété de fruits et légumes locaux produits l’hiver est moindre, il est possible de choisir quelques options québécoises parmi les produits importés. Ceci dit, l’été et l’automne sont deux saisons nous offrant la possibilité d’avoir des menus 100% québécois. Il faut donc en profiter! Bien qu'il n’est pas toujours possible d’acheter local, il est possible de vérifier la provenance des aliments avant de les acheter et de mieux choisir ce qu'on met dans le panier d'épicerie. L'ail, qui est souvent importé de Chine est un excellent exemple. Il est possible de faire des réserves d’ail du Québec à l’automne. Il suffit de le conserver dans un endroit frais et sec, et vous en aurez jusqu’au printemps! Vous pourrez alors utiliser de la fleur d’ail pour cuisiner en attendant la nouvelle production. 

Pourquoi ne pas faire participer les enfants en leur demandant d'identifier la provenance des aliments en lisant les étiquettes à l’épicerie? Il s'agit là d'une excellente façon de les conscientiser à la provenance des aliments.

Diminuer au maximum le gaspillage alimentaire

Des aliments ont été produits, nécessitant des ressources et de l’eau. Si ces aliments sont jetés ce n’est pas seulement de l’argent mis aux poubelles mais aussi plusieurs mois de travail, plusieurs litres d’eau gaspillés en vain. Comment éviter le gaspillage alimentaire à la maison?
  • Planifier les menus.
  • Cuisiner à partir de nos réserves.
  • Réutiliser les restes.
  • Ne pas être trop dédaigneux: les restes des aliments dans l’assiette des enfants (ils ne sont pas obligés de tout manger, ils doivent écouter leur appétit) peuvent retourner dans le plat pour les lunchs. Les rôties et bagels du matin, non consommés, peuvent être conservés et mangés lors de la collation.
  • Ne pas trop se fier aux dates de péremptions. Elles sont obligatoires pour les produits frais mais correspondent plutôt à une suggestion sur leur durée de vie. Ce n’est donc pas une date limite mais une aide qui vous permet de savoir en combien de temps en général il faut consommer le produit. 
  • Compost. Si votre municipalité ramasse le compost, profitez-en. Il n’y a pas de tri à faire. Tous les aliments sont acceptés. Les restes de table, la viande périmée, le fromage moisi, les pelures, les toasts brûlées etc. 

Si vous faites votre compost à la maison, vous voudrez peut-être vous limiter aux fruits et légumes afin de ne pas attirer les animaux avec les restes de viande. 

Après quelques semaines de compostage, on se rend bien à l’évidence. La poubelle est vide. En fait, non, elle contient principalement les emballages alimentaires non recyclables…

Et les emballages alimentaires?

Avec les grosses familles, il est quasi impossible de viser le zéro déchet surtout en ce qui à trait aux emballages alimentaires. Par exemple, les pommes achetées à l’unité sont plus dispendieuses qu’en sac et il faut beaucoup de pommes pour nourrir une grosse famille. Voici donc des conseils pour diminuer la quantité d’emballage au maximum sans payer le double du prix: 

  • Ne pas acheter de formats individuels. Ex: compote, barres tendres, yogourt. Bien que pratique, ce type de produit ne devrait être utilisé qu'en dernier recours. De plus, portionner soi-même ses collations ou cuisiner des muffins ou biscuits maison est beaucoup plus économique. 
  • Viser les gros formats pour les produits de base. Par exemple, un sac de 10kg de farine empêche l’emballage de 2 sacs de 5kg. Avec une grosse famille et des collations maison, le sac de 10kg de farine passera assez rapidement. 
  •  Réutiliser les contenants pour l’achat d’aliments en vracs.
  • Acheter des aliments emballés dans des contenants recyclables ou compostables.

Pour terminer, voici des gestes concrets qui peuvent sensibiliser les enfants à réduire le gaspillage et donner une deuxième vie aux aliments:

  • Faire pousser des boutures.
  • Faire un potager afin de comprendre tout le travail et le temps nécessaire pour produire les aliments. 
  • Visiter des fermes de petits producteurs et en apprendre sur l’élevage des animaux ou la production du fromage. Voir et vivre des expériences agrotouristiques permet d’apprécier le travail des agriculteurs et producteurs mais aussi de respecter les aliments. Cela permet aussi de comprendre que la viande que nous mangeons était autrefois un animal. Ce n’est pas toujours clair pour un enfants car la viande hachée est visuellement très loin de l’animal dont elle provient. 
  • Aider les enfants à développer le réflexe de jeter tous les résidus alimentaires au compost et non à la poubelle. Le compost de la municipalité accepte tous les aliments, même la viande donc il n’y a pas de tri à faire dans les aliments.

Pour continuer la lecture sur ce sujet passionnant, voici deux suggestions de lecture:


Sauvons la planète une bouchée à la fois, Bernard Lavallée

1,2,3 vies-Recettes zéro gaspi, Florence-Léa Siry



Previous Following

0 Comments

There are no comments yet. Be the first to post one!

Leave a comment

Please note that comments must be approved before they can be posted

English